Articles

Affichage des articles du décembre 25, 2017

Pour eux, je serais toujours un Indien

Image
J’étais sans nouvelles de mes parents. Peut-être n’avaient-ils pas réussi à me retrouver. Peut-être avaient-ils trop honte de nous avoir abandonnés dans la forêt. Peut-être l’eau-de-vie les avait-elle subjugués, aussi facilement que le hockey l’avait fait pour moi. Certaines nuits, j’étais paralysé par la douleur causée par toutes ces pertes. Mais je savais que, au matin, cette solitude serait vaporisée par le lustre de la patinoire sous le soleil, la caresse du froid sur mon visage, le bruit d’un bâton en bois transportant un morceau de caoutchouc gelé.

Le jeu ordonné et d’une rapidité explosive auquel je m’initiais m’avait embrasé. Je voulais m’élever vers de nouveaux sommets, devenir l’un des plus scintillants élus. Ils ont refusé de me laisser être juste un hockeyeur. Pour eux, je serais toujours un Indien.

J’ai été emmené au Pensionnat indien St. Jerome. J’ai lu quelque part qu’il existe dans l’Univers des trous qui avalent toute la lumière, tous les corps. St. Jerome a éteint la l…