Articles

Affichage des articles du février 20, 2017

Un dimanche à la campagne

Image
Marie-Thérèse avait à peu près toutes les vertus, mais bien cachées. Ç’avait été un des grands étonnements de Monsieur Ladmiral de voir son fils épouser cette femme et il ne s’en était jamais bien remis. Après s’être longuement interrogé, il avait simplement conclu que Gonzague et Marie-Thérèse  s'étaient mariés parce que tout le monde se marie, comme tout le monde naît et meurt ; si cette explication ne rendait pas l’événement plus compréhensible, au moins elle interrompait les recherches, et Monsieur Ladmiral s’en tenait là. Il n’avait jamais beaucoup cru à l’existence de sa belle-fille, et du reste se passait très bien d’y croire. Marie-Thérèse, de son côté, ne s’était jamais posé de questions. Elle aimait bien son beau-père, pour la raison qu’on aime bien les membres de sa famille, et ceux aussi de la belle-famille, tant que les questions d’amour-propre ne sont pas enjeu, et elle était heureuse avec ça. Car elle était heureuse, certainement. Un peu lentement, mais avec applica…

«Le réel ne génère qu’un douloureux sentiment d’absurdité»

Image
Je ne comprendrai jamais pourquoi, lors des cérémonies de funérailles, on essaie de nous faire croire qu’il y a une vie après la mort et que le défunt n’avait, de son vivant, que des qualités. Si un dieu de miséricorde existait, on se demande bien au nom de quel caprice il nous ferait patienter plusieurs décennies dans cette vallée de larmes avant de nous octroyer la vie éternelle ; et si les humains se conduisaient aussi vertueusement qu’on le dit après coup, l’humanité ne connaîtrait ni les guerres ni les injustices qui déchirent les âmes sensibles. On me rétorque souvent que je schématise les situations complexes à cause de mon syndrome d’Asperger, mais je me contente de raisonner logiquement, comme chacun devrait s’y astreindre. À quarante-cinq ans, depuis longtemps sorti de l’enfance et peu soucieux d’encore me bercer d’illusions, je prétends pouvoir me forger des opinions pertinentes sur ces questions. En l’occurrence, j’assiste pour la quatrième fois de ma vie à des funérailles…