Articles

Affichage des articles du mai 30, 2016

« Pour le traducteur, se concentrer, c'est avant tout se diffracter »

Image
Pour un traducteur, les meilleurs dictionnaires sont les livres. Si le sens n'est pas un papillon, alors c'est un moustique, et rien de tel qu'une piqûre de rappel pour s'enfiévrer de ses possibles. Quand on traduit, on est traversé, bombardé par des particules sonores, mais également visité par des bactéries signifiantes, et l'on peine parfois à les cultiver, à les laisser se propager. Rien de tel, donc, qu'une immersion dans d'autres marécages pour refaire le plein de turbulences.

Afin de ne pas perdre le fil, et surtout d'enrichir ma pelote […], je me permets des excursions, des robinsonnades, bref, j'ouvre d'autres livres susceptibles de chasser sur les mêmes terres.

Tant d'un point de vue lexical qu'imagé, le texte me fournit des pistes, déploie des échos, j'y glane d'utiles levures. Il ne s'agit pas forcément de mots ou d'expressions que j'ignorais, mais qui n'étaient pas actifs/actives présentement. L'ac…